Passes à poissons et implantation

Les passes à poissons peuvent être regroupées en plusieurs familles :

  • passes à bassin, prébarrages, rivières artificielles,
  • passes à ralentisseurs,
  • écluses et ascenseurs à poissons.

Après avoir fait l'inventaire de l'ensemble des passes à poissons existantes, leurs différentes caractéristiques ont été étudiées afin de choisir la passe à poissons la plus adaptée à l'aménagement du Pont de la Taule. La hauteur de chute d'eau étant faible (58 cm), les écluses et les ascenseurs à poissons ont immédiatement été écartés puisqu'ils sont adaptés à des aménagements plus importants et beaucoup plus coûteux. Au vu de la situation géographique de l'aménagement, il est également impossible d'implanter une rivière artificielle car la rivière actuelle se situe dans une cuvette.

Le dernier critère à prendre en compte était la circulation des canoës-kayaks puisque le Salat doit permette la circulation des embarcations. Étant donné les contraintes imposées par l'aménagement étudié, la passe à ralentisseurs à chevrons épais ou encore passe "mixte" semble donc la plus adaptée puisqu'elle permet à la fois le franchissement des poissons et celui des embarcations de type canoë-kayak.

 

Localisation de la passe à poissons

Dans le but de déterminer l'emplacement le plus attractif pour implanter la passe à poisson, l'écoulement dans le tronçon court-circuité au niveau du seuil a été modélisé à l'aide de Matisse en utilisant le débit médian $Q_{50}$ pour la période considéré et la bathymétrie du lit de la rivière. L'objectif est ici de déterminer les zones où les vitesses d'écoulement sont les plus importantes dans la mesure où les poissons sont attitrés par ces zones. La bathymétrie utilisée est présentée sur la figure ci-dessous.

- Bathymétrie de la rivière au niveau du seuil -

La rivière a été modélisée de manière assez large, autrement dit les berges ont également été prises en compte. Toutefois, il est possible de distinguer le seuil en travers du cours d'eau en cyan. Le profil des vitesses obtenu après modélisation sous Télémac2D est tracé ci-dessous.

- Profil de vitesse au niveau du seuil -

- Vecteurs vitesses au niveau du seuil -

On remarque la présence de deux zones où les vitesses sont plus importantes. Une première proche de la rive gauche où l'implantation d'une passe à poissons de types à ralentisseurs à chevrons épais serait idéal pour la montaison des truites fario. En effet, en remontant vers l'amont de la rivière elles seront aiguillées grâce au seuil et aux vitesses importantes vers la passe à ralentisseurs. La seconde proche de la rive droite au niveau de la jonction entre le seuil et le canal d'amené semble plus propice à la dévalaison car le seuil guiderait les poissons vers cette seconde zone lors de leur dévalaison. L'implantation d'une passe à poissons de type prébarrage au niveau de cette zone permettrait alors la dévalaison des poissons et serait également un second organe permettant la montaison des truites fario. Toutefois, dans le cas de la vis hydrodynamique, cette seconde passe pourra être omise puisqu'il s'agit d'une turbine ichtyocompatible et donc sans danger pour la dévalaison des poissons.

 

En utilisant notre modélisation du bras de la rivière au niveau du seuil, nous avons pu comparer la hauteur de chute d'eau avec celle fournie par l'étude hydrologique en utilisant cette fois le logiciel Telemac2D.

- Tracé de la surface libre et de la bathymétrie au niveau du seuil -

 

En observant le graphe ci-dessus on remarque bien une chute du niveau d'eau de l'ordre de 60 cm au niveau du seuil. Ces résultats confirment donc bien l'analyse effectuée précédemment à l'aide du logiciel HEC-RAS.

Deux passes à poissons seront finalement envisagées : une passe à ralentisseurs "mixte" en rive gauche pour la montaison et un prébarrage en rive droite pour la dévalaison et la montaison.

 

Passe à ralentisseurs à chevrons épais ou passe "mixte"

Ce type de passe à poissons a le grand avantage de permettre à la fois le passage des embarcations et la montaison des poissons. Elle est adaptée pour des faibles chutes (moins de 2 mètres) et des débits faibles. Elle est donc idéale dans le cas de notre aménagement. La hauteur de tirant d'eau minimale est de 15 cm sur les ralentisseurs qui sont généralement en bois pour éviter d'abîmer les embarcations. Les ralentisseurs sont de section carré et disposés en chevrons afin de de créer des courants hélicoïdaux facilitant ainsi la montaison des poissons. Enfin, la variation du niveau d'eau amont ne doit pas excéder 30 cm. Cette condition, vérifiée dans notre cas, permet le bon fonctionnement de la passe à ralentisseurs.

- Passe à ralentisseurs à chevrons épais -

[source : [3.2] ]

 

Prébarrage

Les prébarrages sont adaptés pour les cas de faible hauteur de chute. Une illustration en est donnée sur les figures ci-dessous.

          

- Exemple de prébarrages -

[source : http://mon.univ-montp2.fr/courses/HYDRO/document/Cours/partie3d.html  

 http://www.migrateursrhonemediterranee.org/effacement-franchissement ]

Ils permettent de fractionner cette chute en plusieurs grands bassins communiquant entre eux par des échancrures et par des seuils déversants. Dans ce cas, c'est la capacité de saut des poissons qui est utilisée pour franchir ce type d'obstacles. La hauteur de chute de notre aménagement et l'installation existante permettent donc de faciliter l'implantation d'une passe à poissons de type prébarrage au niveau de la rive droite.

 

Entretien

Afin de limiter le coût d'entretien des passes à poissons, plusieurs solutions peuvent être alors envisagées : la mise en place de masques en maçonnerie, en béton ou de grilles à barreaux suffisamment espacés pour laisser passer les poissons, bétonner les radiers entre bassin ou prévoir des murs parafouilles pour éviter l'érosion. Enfin, le propriétaire étant chargé selon la loi d'assurer les missions de suivi et d'entretien des dispositifs de franchissement, un contrôle régulier devra être effectué. En période de migration, un contrôle hebdomadaire est nécessaire. Celui-ci sera réduit à un contrôle mensuel le reste de l'année. De même après chaque épisode de crue, les passes à poissons devront être vérifiées. Elles seront mises à sec avant chaque épisode de migration afin de s'assurer qu'elles ne sont pas trop engravées. Cependant, la largeur conséquente de notre passe à ralentisseurs permettra de limiter le colmatage.

 

Finalement, la solution retenue est l'implantation de deux passes à poissons, une de type à ralentisseurs mixte (en zone 1) permettant la montaison des truites fario et la navigation des embarcations et l'autre de type prébarrage (en zone 2) permettant la montaison et la dévalaison des poissons. L'installation de ces passes à poissons proche des rives permettra aussi de faciliter leur entretien. L'implantation de ces deux passes à poissons sera faite suivant le schéma ci-dessous.

- Implantation des passes à poissons -