3. Cas réel: Tempête de 1982


Application à un cas réel: la tempête de 1982 (Tr=50ans)

    Une des tempêtes les plus dévastatrices de ces dernières décennies est bien celle de novembre 1982. Le port de Carnon a vu au large des hauteurs de houle atteignant 8.35m ce qui, grâce à notre modèle de la mer au large sous Artemis,  correspond à une hauteur de 4.8m à l'entrée de l'avant-port avec une période de 11.2s et une direction de 120°N.

    On trouve l'agitation suivante:
   

    On remarque que l'agitation est plus conséquente à l'intérieur de l'avant port que dans le cas de la tempête de projet. En revanche, cette simulation de la tempête de 1982 n'est pas entièrement représentative de la réalité. En effet, elle ne parait pas très impressionnante compte tenu de sa hauteur d'eau de 1.24 m dans l'avant port. Nous passons d'une hauteur de houle de 8m au large pour arriver à 1.24m dans l'avant port.
    Grâce à nos recherches, nous savons que la tempête de 1982 a été bien plus dévastatrice. Cette différence peut s'expliquer par les limites du logiciel. En effet, Artemis ne permet pas la prise en compte du franchissement des digues par les vagues causant une agitation très importante dans l'avant-port. Notre maillage considère toutes les bordures comme des contours de hauteur infinie causant le déferlement de quasiment toute la houle entrante. Le franchissement est impossible.


    On ne peut donc pas utiliser ce cas pour caractériser l'agitation maximale, en revanche, due à la très forte pression des vagues exercée sur les digues cette tempête sera considérée pour le dimensionnement des digues. En étudiant l'historique de Carnon, on a pu voir que ces digues, construites en même temps que le port en 1960, ont subi de nombreuses tempêtes et surtout deux particulièrement féroces , celle de 1982 suivi en 1997 par une tempête de temps de retour 30 ans.