3.1 Influence du débit de la rivière

 

3.1. Influence du débit de la rivière

 

Le tableau ci-dessous présente les différents cas étudiés :

La première ligne de ce tableau constitue notre état de référence pour toute la modélisation. Il correspond à un écoulement sans crue et le débit est le débit moyen annuel. Le débit de rejet correspond au fonctionnement maximal de la station en période d’affluence touristique en 2030 c'est-à-dire avec 12000 eq/habitants.

 

  • Résultats :

 

Légende : Evolution de la fraction massique en E.Coli  (en fraction massique * 10-2) en fonction de la position (en mètres). L’image 4 correspond à la dispersion du panache de E.Coli dans la rivière avec les paramètres du cas 1. Les images 1, 2 et 3 correspondent respectivement aux cas 1,2 et 3.

La courbe ci-dessous présente le résultat pour la modélisation du cas 2bis c'est à dire en période d'étiage. Il n'a pas été possible de zoomer davantage pour le graphe.

 

 

Légende : Evolution de la fraction massique en E.Coli  (en fraction massique * 10-2) en fonction de la position (en mètres) 

 

  • Interprétation des résultats :

Nous constatons que plus le débit est faible et plus la concentration en E.Coli s’homogénéise rapidement à hauteur de 1E-8 E.Coli en fraction massique. En effet, au bout de 150 m la concentration est homogène pour le cas 1 alors que ce n’est pas le cas en 2 et 3 où au bout de 200 m elle est toujours différente sur chaque tranche. Néanmoins, elle tend à s’homogénéiser plus rapidement en 2 qu’en 3. Ainsi nous pouvons dire que lorsque le débit de la rivière est moyen, la pollution est plus concentrée et s’homogénéise rapidement en aval du rejet de la station. Dans le cas de crues, les E.Coli n’ont pas le temps de se disperser sur toute la largeur de la rivière et sont emportées plus rapidement par le courant. Ce phénomène est d’autant plus marqué lorsque la crue est importante comme on le voit dans le cas de la crue centennale. En effet quand le débit est grand, l'énergie apportée par les tourbillons est grande et donc homogénéise la concentration plus rapidement. Nous pouvons donc mettre en évidence ici le rôle de nettoyage joué par les crues. 

Dans le cas de la période d'étiage, nous constatons que la fraction massique en E.Coli s'homogénéise dès les 50 premiers mètres, encore plus rapidement que dans le cas du débit moyen. Le phénomène de concentration est particulièrement mis en évidence dans ce cas. Le Reynolds est nettement inférieur, il en est de même pour les turbulences.