Bilan

Bilan

Dans le contexte d'une zone de montagne, l'étude de l'implantation d'une nouvelle station d'épuration a été ici développée. Nous avons utilisé les outils à notre disposition afin de prédire au mieux la position la plus favorable de cette station et les rejets qu'elle pouvait engendrer, de la dimensionner ainsi que de prendre en compte le réseau reliant les communes à cette station.

​Tout d'abord, la position P1 pour la STEP pourrait être privilégiée après étude d'inondabilité. En effet, même si celle-ci n'est effectuée qu'en 1D, la surestimation des débits d'Estahuja et de l'Angoust nous permettent d'avancer que la zone P1 serait potentiellement moins inondable que ce qui est démontré. Quant à la zone P2, ayant utilisé les débits donnés par la banque hydro au niveau du Sègre, nous ne pouvons réfuter son inondabilité.

Nous avons aussi vu que pour réellement étudier le sous bassin versant, il était nécessaire de mettre en place d'autres points de mesure, en particulier des stations de mesure des débits pour Estahuja et Angoust ainsi que des stations de pluviométrie à différentes altitudes de notre zone. Nous pouvons aussi rajouter que des données sur la neige seraient les bienvenues, puisque celle-ci a un fort impact sur le comportement hydrologique de notre bassin versant.

Au niveau de la modélisation du réseau d'assainissement, nous avons vu que pour les deux positions, l'installation d'un réseau uniquement gravitaire était possible. De plus, les canalisations à utiliser sont les mêmes pour chaque emplacement. Nous ne pouvons donc pas privilégier un emplacement plutôt qu'un autre uniquement d'après notre modélisation. Seule une étude de coûts prenant en compte le prix d'achat du terrain ainsi que la pose des canalisations pourrait alors les différencier. Nous pouvons ajouter qu'il serait avantageux de changer certaines canalisations trop vieilles afin d'améliorer le fonctionnement du réseau. De plus, les actions de sensibilisation aux particuliers à propos des eaux parasites doivent continuer et être renforcées afin d'éliminer définitivement tous les branchements illégaux.

Concernant le dimensionnement de la filière eau, les différents ouvrages ont pu être choisis et adaptés à l'évolution de la population des quatre communes concernées mais également aux conditions techniques souhaitées par la Régie de la Haute Vallée du Sègre​. De nos recherches et calculs, diverses conclusions peuvent être données. Tout d'abord, la nécessité de chauffer les effluents en entrée de station puis de placer les bassins biologiques dans des bâtiments,  afin de maintenir une température de 10°C au sein des bassins. En effet, le choix de la température de travail constitue un paramètre clé du traitement par boues activées : si cette dernière est trop basse, les bactéries ne pourront assurer leur travail d'élimination des pollutions carbonées et azotées. 

D'autre part, les eaux parasites ne vont pas conduire à une modification importante du fonctionnement des ouvrages de traitement biologique. Cependant, de façon à assurer une qualité épuratoire du système, il serait utile de supprimer définitivement les raccords existants.

Enfin, la valorisation des boues présente plusieurs voies à développer avec les besoins agricoles locaux. Un potentiel d'emploi de cette substance, pour l'épandage ou la réalisation de compost, reste une des voies privilégiées avec l'utilisation du séchage solaire. Toutefois, des mesures de la composition des boues en sortie de station sont indispensables pour confirmer ou réorienter ce choix.  

Pour finir, nous avons pu observer une bonne qualité des eaux, au niveau physico-chimique, au contraire du niveau bactériologique, dans les normes imposées pour la potabilisation de l'eau. Un suivi est donc à prévoir. Nous avons aussi remarqué que les turbulences de la rivière jouaient un rôle important pour la dispersion des rejets de la bactérie Escherichia Coli dans celle-ci. Dans cette étude, nous n'avons pas pris en compte les effets de rugosité sur les bords et les effets de turbulence 2D, ce qui peut potentiellement changer les résultats des modélisations.

Le Sègre