Binôme 2 : Franchissabilité piscicole et étude réglementaire

- Lucille Boré et Lise Hiscock -


Le rétablissement de la continuité piscicole au niveau d'un seuil peut se faire de différentes manières :

  • l'effacement du seuil : c'est la solution la plus efficace pour rétablir la continuité écologique globale (sédimentaire, piscicole, biologique),
  • l'arasement partiel du seuil : c'est une solution intermédiaire qui peut permettre le rétablissement de la continuité piscicole si la hauteur de chute est faible,
  • l'ouverture des vannes : c'est également une solution intermédiaire à mettre en place lorsque l'ouvrage conserve un fort intérêt paysager ou patrimonial,
  • la conservation du seuil et son aménagement par la mise en place d'un dispositif de franchissement.

Plusieurs solutions d'aménagement sont donc envisageables et elles doivent en parallèle répondre à d'autres enjeux tels que l'inondabilité dans notre cas à Harchéchamp. Le travail du binôme 3 a montré que la présence du seuil n'a pas d'impact sur l'inondation du village. L'arasement partiel ou total du seuil n'est donc pas indispensable. Nous n'avons donc pas de contrainte en ce qui concerne l'aménagement du seuil et pouvons proposer des solutions qui conservent ou non le seuil.

Des solutions d'aménagement sont à proposer aux acteurs qui pourront se faire un avis et prendre une décision au travers des éléments fournis. Nous allons traiter seulement deux de ces solutions d'aménagement dans notre partie et reviendrons en conclusion sur l'ensemble des possibilités d'aménagement.

 

Ainsi, nous allons étudier la problématique de la franchissabilité piscicole au travers : 

- d'une étude préliminaire de la conception de passes à poissons, dans le cas où le seuil est conservé.

- d'un dossier d'autorisation de travaux dans le cas où la solution d'effacement du seuil est retenue par les acteurs du projet et qui permet de rétablir la continuité piscicole.