Conclusion de l'étude hydrologique et perspectives

Conclusion de l'étude Hydrologique

       En premier lieu, les outils statistiques nous ont permis d'analyser la cohérence puis tirer le meilleur parti des séries de données mises à notre disposition, notamment dans le cadre de la reconstitution des mesures manquantes des précipitations, l'estimation des séries de débits et en particulier les débits de projet parvenant à Harchéchamp (crues décennale et centennale).

    Cependant, malgré une recherche des sous-modèles les plus adaptés et une estimation spécifique des paramètres correspondant aux propriétés de notre zone d'étude, nos résultats de modélisation avec la plate-forme HEC-HMS ne se sont pas révélés satisfaisants.

   En effet, pour les deux systèmes retenus, le manque de sensibilité du modèle vis-à-vis du taux d'humidité du sol s'est traduit par une une forte minoration des hydrogrammes simulés par rapport à ceux des observations, cette limite du modèle étant d'autant plus significative que l'événement est intense (crue de décembre 2001). Il s'agirait donc de tester de nouvelles combinaisons avec d'autres sous-modèles d'infiltration prenant mieux en compte ce paramètre.

    Dans le cadre de l'hypothèse de transferts importants d'écoulements souterrains, le découpage géographique du bassin versant d'Harchéchamp pourrait être remis en cause, puisque les délimitations topographiques du ruissellement, basées sur les lignes de crête du terrain naturel, ne correspondent pas toujours à celles des écoulements souterrains.

   D'autre part, notons que la différence significative des propriétés d'infiltration des régions Nord-Ouest et Sud-Est (voir carte géologique) aurait pu, de manière pertinente, faire l'objet d'un découpage en deux sous-bassins distincts. Cependant, le manque d'informations locales suffisamment précises et une délimitation aléatoire auraient rendu l'estimation des paramètres relativement délicate. De plus, il est probable que les sous-modèles les plus adaptés pour chacun de ces sous-bassins soient totalement différents, d'où un nombre considérable de combinaisons à tester.

    Par ailleurs, il ne faut pas écarter l'éventualité d'anomalies dans les données enregistrées par les stations de mesures pluviométriques et limnimétriques.

    Bien entendu, on peut également émettre l'hypothèse selon laquelle les sous-modèles mis en oeuvre, basés sur des considérations empiriques à partir de bassins-versants typiques des Etats-Unis, ne soient pas du tout adaptés au type du bassin-versant d'Harchéchamp.

 

Possibilités d'application du modèle

     Connaissant les débits moyens de projet (10 et 100 ans) à Harchéchamp ou des événements pluvieux, on pourrait, grâce à un modèle validé, déterminer les caractéristiques des hydrogrammes de crue correspondant : volume global, débit maximum et temps d'apparition du pic, comportement de la décrue.

    Ceci pourrait s'avérer fort utile dans la mise en oeuvre des plans de prévention contre les risques d'inondations (PPRI), notamment pour le dimensionnement des dispositifs de rétention (bassins écrêteurs) et dans la définition des seuils d'alerte aux populations.

    Enfin, les débits simulés à partir d'événements pluvieux permettant d'estimer la hauteur et l'emprise des crues, ils servent ainsi au dimensionnement d'ouvrages hydrauliques (digues de protection,ouvrages de franchissement piscicole, ...).