Création, Définition, Utilité et Méthodologie de l'ACV

Création de l’Analyse de Cycle de Vie

L’analyse de cycle de vie a été mise en place dans le début des années 1990. Avant cette période, les études portant sur les impacts environnementaux ne prenaient en compte qu’une partie des impacts et ne permettaient pas d’avoir une vue d’ensemble des conséquences que pouvait entrainer un produit. Il semblait donc nécessaire de créer une étude multicritère des impacts pour pouvoir quantifier au maximum les effets d’un bien sur l’environnement. La première étape pour arriver à l’analyse de cycle de vie fut la création des écobilans, il s’agissait d’une étude multicritère des impacts sur la durée d’utilisation du produit. Cependant, cela ne prenait pas en compte les impacts dus à la fabrication et à la fin de vie du produit, ce qui faussait totalement les résultats et pouvait rendre un produit viable au niveau environnemental alors qu’il ne l’était pas. La mise en place des normes ISO 14 040 sur la normalisation internationale et la nécessité de mesurer les impacts des produits de la fabrication jusqu’à la mort ont donc entrainé la création d’un nouveau type d’étude : l’Analyse de Cycle de Vie. Il s’agit du moyen d’étudier les impacts d’un produit le plus abouti à l’heure actuelle et il est utilisé dans le monde entier. Cependant, ce n’est pas un outil parfait car il ne s'intéresse qu'aux impacts environnementaux et/ou économiques et laisse de côté les enjeux sociaux et sociétaux.

 

Définition de l’Analyse de Cycle de Vie

Comme dit précédemment, l’analyse de cycle de vie est une analyse multicritère qui a pour but de quantifier les impacts environnementaux d’un produit, depuis sa création jusqu’à sa fin de vie. Ce produit peut être un bien, un procédé ou un service et les impacts mesurables sont très variés. Ils vont de la consommation en matière première jusqu’aux émissions dans l’atmosphère ou dans l’eau en passant par la création de déchets ou le coût économique du produit. Pour réaliser cette étude, on mesure tout d'abord les flux de matière et d’énergie entrant et sortant de chaque étape du processus de fabrication, d’utilisation et de recyclage/destruction du produit. Puis on en mesure les conséquences sur les familles d’impacts sélectionnées. Une fois ces étapes effectuées, on les assemble pour obtenir les résultats complets.

On peut toutefois noter que l’analyse de cycle de vie mesure des impacts potentiels. En effet, chaque processus étudié est très complexe et les impacts de la combinaison des produits utilisés sont souvent méconnus (ce sont des approximations le plus souvent). Il est très difficile de quantifier précisément les conséquences d’un produit sur un milieu car cela dépend des caractéristiques du milieu récepteur et de la combinaison de tous les produits entre eux. On exprimera les résultats sous forme d’impacts potentiels et de flux physiques.

Notre analyse de cycle de vie sera une ACV comparative, c’est à dire qu’elle aura pour objectif d’étudier les impacts de deux produits ayant la même fonction sur l’environnement. Pour que cette comparaison soit possible, il est nécessaire de mettre en place la notion d’unité fonctionnelle. Il s’agit d’un élément de mesure qui permet de quantifier la fonction remplie par le produit étudié.

Il est toutefois possible d’adapter l’analyse de cycle de vie en ne prenant pas en compte certaines étapes. Il est par exemple possible de réaliser une analyse de cycle de vie seulement sur la comparaison entre l’utilisation de deux produits sans prendre en compte la production et la fin de vie.

 

Utilité de l’Analyse de Cycle de Vie

L’utilité première de l’analyse de cycle de vie est de pouvoir quantifier les impacts et les flux que crée un produit depuis sa conception jusqu’à sa fin de vie. Cela donne une vision globale facile à lire pour des personnes qui ne sont pas familières aux études d’impacts. Une fois les résultats obtenus, il est possible d’essayer d’améliorer les différentes étapes des processus pour diminuer les impacts environnementaux. C’est donc un outil d’aide à la décision qu’il faut néanmoins regarder comme un indicateur et non comme une vérité.

 

Méthodologie de l’Analyse de Cycle de Vie

Une analyse de cycle de vie se réalise en 4 étapes. Une fois celle-ci réalisée, il est possible d’effectuer une 5ème étape en se servant des résultats.

(Source: groupes polymtl)

La première étape a pour but de définir les objectifs et le champ de l’étude. Cela va permettre pour une analyse de cycle de vie comparative d’étudier les impacts de deux produits ayant les mêmes fonctions.

La deuxième étape est constituée d’un inventaire des flux de matières et d’énergies entrant en jeu dans l’étude de notre unité fonctionnelle.

La troisième étape est une évaluation des impacts potentiels réalisés grâce à la connaissance des flux de matières et d’énergies.

La quatrième étape a pour but d’interpréter les résultats de la troisième étape et de la commenter. Il faut s’assurer que l’analyse de cycle de vie à répondu à l’objectif de l’étude décrit dans la première étape et il faut essayer de voir si les résultats sont cohérents ou si les approximations mises en place dans l’étude ont dénaturé les résultats.

Une fois ces étapes réalisées, il est alors possible pour les personnes ayant commandé l’analyse de cycle de vie de prendre des décisions pour modifier leur procédé et l’améliorer.

Pour réaliser les 4 premières étapes, il est nécessaire d’obtenir des données sur tous les constituants présents dans le processus de vie de notre produit. Pour cela, il existe des banques de données accessibles pour quelques milliers d’euros. S'il n’existe pas d’information sur un composé, il faut alors faire l’étude ce qui coûte beaucoup plus cher.

La durée et le coût d’une analyse de cycle de vie sont variables. Cela peut aller de quelques mois à plusieurs années suivant la difficulté des processus et les connaissances disponibles sur les produits impliqués dans l’ACV. Son coût est donc très influencé par la longueur et la difficulté de l’analyse de cycle de vie, il varie de 10 000 € à 1 000 000 € suivant les projets.

Page éditée par Alejandro Orsikowsky, Basile Payen et Javier Pierna