Dimensionnement des digues

     Pour réaliser les digues, deux méthodes sont envisagées : le barrage en remblais de type poids ou la technique des palplanches. Un rappel sur ces deux possibilités est présenté ci-dessous avant de détailler les calculs nécessaires à la stabilité de l'ouvrage et aux respects des contraintes d'implantation de la STEP. Ces dernières sont d'abord fonctionnelles puisque le bassin doit permettre de stocker 10 GWh et résister à de forts marnages. Enfin pour la réalisation d'un tel ouvrage, l'acceptabilité de la population est primordiale, le bassin doit donc satisfaire une esthétique convenable.

  •      Le barrage en remblais consiste en un talus de craie suffisamment haut et réparti sur l'ensemble du périmètre du bassin pour contenir l'eau. La figure ci-après présente la situation réelle. Les dimensions présentées retenues sont explicitées ultérieurement grâce aux différents calculs de stabilité.

           

Schéma de la première solution

(Source: Maxime Daniel et Adrien Napoly, INDESIGN)

 

     Conformément aux dimensions de la figure ci-dessus, le barrage est composé de deux parties. La partie intérieure admet une pente de 45° tandis que la partie extérieure est composée d'un talus de 5 m puis d'une pente de 55 m de large. L'utilisation du barrage en remblais a l'avantage de présenter une esthétique acceptable mais celle proposition est soumise aux problèmes d'infiltration. Pour limiter cette infiltration, la solution envisagée et la moins onéreuse, est d'ajouter une membrane géotextile. Cependant, du fait de l'importance du marnage, cette membrane doit être protégée par des enrochements du côté intérieur du bassin. Cette membrane est également présente sur le fond du bassin ce qui en assure la continuité.

  •      Les palplanches sont de longues plaques de métal fichées dans le sol. Le côté intérieur du bassin est donc en contact avec ces palplanches tandis que le côté extérieur au bassin accueille un talus permettant d'une part de soutenir les palplanches et d'autre part de fournir une esthétique acceptable pour l'entourage. Le schéma ci-dessous illustre le principe; les dimensions étant celles adoptées et qui seront justifiées par la suite.

 

Schéma de la deuxième solution

(Source: Maxime Daniel et Adrien Napoly, INDESIGN)

 

     Conformément à la figure, les palplanches feront 25 m de long dont 5 m dans le sol pour assurer leur stabilité. La partie extérieure de la digue est la même que celle du barrage en remblais. La digue est réalisée à partir de la craie excavée par le terrassement du bassin. Les calculs de stabilité, justifiant les dimensions des palplanches et des digues, sont présentés par la suite. L'utilisation de palplanches permet une pose rapide et peu contraignante face aux conditions météorologiques. Cette méthode est simple à utiliser mais est plus coûteuse. Bien que les palplanches soient imperméables, on ne peut s'affranchir de la membrane géotextile sur le fond du bassin.

     Le tableau ci-après permet un récapitulatif des deux méthodes et donne les avantages et inconvénients de chacune d'elles, permettant de comprendre notre choix final.

 

Tableau récapitulatif des deux méthodes envisagées

Critères Technique Palplanches Technique Barrage en remblais
Prix Très coûteux Peu cher
Volume d'eau Gain de 3% Perte de 3%
Esthétique Peu esthétique Plus acceptable
Mises en oeuvre Peu de contraintes Contraintes pour le géotextile
Stockage de la craie Stockage intermédiaire Stockage quasi total
Durabilité Très longue (100 ans) Moins longue (quelques dizaines d'années)

     Pour pouvoir déterminer quelle solution est la plus adaptée, il convient de faire une étude plus approfondie en déterminant quels sont les critères les plus importants. Dans cette étude nous considérons que les facteurs prix, durabilité et esthétisme sont primordiaux dans l'acceptation d'un tel projet, nous optons donc pour le barrage en remblais.

 

Page éditée par Maxime Daniel et Adrien Napoly