Etude nitrites/nitrates vent NE

    Nous rappelons que cette étude ainsi que la suivante permettent de simuler un déversement accidentel ponctuel de polluant dans le port.

►Fichier des paramètres de cette étude (fichier .cas) vent de 60 km/h du Nord-Est barrage ouvert

 

    Vous trouverez ici le fichier .cas en intégralité qui pilote le logiciel Telemac  pour simuler le transport des nitrites/nitrates avec un vent de Nord-Est.

fichier .cas de cette étude

 

►Zones de stockage d'un polluant dissous (Nitrites/Nitrates) dans le port vent Nord-Est de 60 km/h avec le barrage ouvert

 

    Pour cette étude, il n'est pas nécessaire d'étudier la configuration barrage fermé, car avec un vent du Nord-Est ou Nord-Ouest la côte de l'eau au barrage n'atteint jamais les +35cm NGF (comme démontré dans la partie Résultats>Etude courantologique, ici). Par conséquent, lorsque le vent souffle depuis le nord le barrage restera toujours ouvert.

    Cette étude est faite dans l'hypothèse où aucune pollution n'arrive dans l'arrière port : ni par le grau, ni par le canal venant de la mer. A l'instant initial, un polluant est injecté à la concentration 1 de façon uniforme sur toute la surface de la zone étudiée. Nous faisons ensuite calculer le logiciel Telemac avec les écoulements classiques. Ceci va nous permettre de savoir où réside le plus longtemps le polluant dans l'arrière port. Bien sûr, ceci n'est pas, en réalité, entièrement vrai, puisque l'étang va constituer une source de polluant quasi-infinie au même titre que la mer.

Ainsi, les résultats affichés sur cette page représentent la concentration en polluant qui reste dans le port, exprimée en pourcentage par rapport à la valeur initiale fixée à 100%.

    L'illustration 36 ci-dessous permet de comprendre ce qui se passe lorsque le vent souffle depuis le Nord-Est.

 

Illustration 36 : Évolution de la concentration d'un polluant dissous dans le temps

 

 

Interprétation :

    L'animation permet de remarquer que le vend de Nord-Est permet une dilution du polluant beaucoup plus rapide que dans le cas d'un vent de Sud-Est (cas suivant). Ceci semble logique puisque pour un vent de Nord-Est souffle depuis les terres vers la mer (et donc vers la voie d'évacuation des polluants) comme le montre l'illustration 37 suivante :

 

Illustration 37 : Simulation de la surface libre pour t=61000s

 

    Sur les illustrations suivantes 38 et 39 sont représentées les allures des champs de concentrations pour différents temps (t=16.520 puis t=60.060s). Et nous pouvons remarquer une élévation de la surface libre orientée dans le même sens que le vent.

 

Illustration 38 : Concentration dans le port à t=16.520s         Illustration 39 : Concentration dans le port à t=60.060s

 

 

Interprétation :

  • A t=16.520 s, la concentration dans l'aile Ouest vaut environ 0.57 soit une baisse de 43% durant les 16520 premières secondes. Dans l'aile Est la concentration relative vaut 0.87 soit une baisse moins rapide de seulement 13% par rapport à l'état initial.

 

  • Au bout de t=60.060 s, dans l'aile Est (aile droite) on a une concentration relative de 0.46 soit une baisse de 54% par rapport à l'état initial. En revanche, dans l'aile Ouest la concentration relative vaut 0.17 à t=60.060s soit 83% de la concentration initiale. 

 

  • Nous observons donc que le polluant reste beaucoup plus longtemps dans l'aile "Est" sous l'action d'un vent de Nord-Est. Ces concentrations relatives seront à comparer avec les concentrations relatives du cas suivant (vent de sud-est).