Géologie

 

                                

Figure 1.4 : Géologie à l’affleurement des sols du bassin versant d'Harchéchamp (source : Infoterre, Brgm )

 

    Cette carte des formations géologiques présentes à la surface du bassin-versant nous indique clairement une prédominance d’argiles au sud d’une diagonale Sud-Ouest à Nord-Est, tandis que des alternances de calcaires (calcaires du Dogger du bassin parisien : système hydrogéologique majeur formé au cours du Jurassique moyen) et de marnes (roches sédimentaires issues ensuite de la transformation d’argiles et de calcaires), sont majoritairement présentes au Nord de cette ligne.

    En effet, cette partie du bassin-versant d'Harchéchamp est caractérisée par la présence, à l’affleurement, de l’aquifère du Dogger du Plateau de Haye, lequel appartient au système du Dogger du Bassin Parisien (source : BD Infoterre du Brgm).

    Bien que les calcaires entièrement consolidés constituent des roches naturellement peu perméables, ces formations peuvent présenter localement une perméabilité très importante lorsque l'état de fissuration de la roche est prononcé (systèmes karstiques). De plus, les niveaux marneux présentent également une bonne perméabilité. Il en résulte des transferts importants entre les apports des précipitations et l’écoulement souterrain, mais également une forte vulnérabilité des nappes aux pollutions superficielles provenant du ruissellement.

    Bien sûr, on remarquera que le fond de vallée du Vair et de son affluent principal (La Vraine) sont caractérisés par des dépôts alluviaux résultants du transport sédimentaire lors des crues.

    Les argiles étant très peu perméables, on peut s’attendre à un ruissellement plus important à la surface des sols, et donc des interactions moindres entre les précipitations et les nappes phréatiques (ici captives) dans la partie sud du bassin versant.