Implémentation des résultats dans la modélisation du panache

La modélisation du transport réalisé par le second binôme,  a permis d'obtenir le champ de densité du mélange effluent $+$ eau de mer au voisinage de la canalisation. Les données ont pu être récupérées sur un nombre fini de sections verticales représentées ci-dessous :


figure 1 : représentation des sections où a été récupéré le champ de densité

A partir de ces nouvelles informations, il a été possibles de construire un maillage de faible résolution selon l'axe des x (une résolution de 50 cm sur l'axe horizontale), mais plus fine sur l'axe vertical z (la résolution est de 5 cm).

La maillage fournit ainsi la densité du mélange en chaque point. A partir des densités initiales des composés du mélanges - à savoir l'eau de mer et l'effluent - il a été possible de calculer le fractionnement volumique de l'effluent dans le mélange $\alpha$ en tout point du maillage suivant la relation : 

\begin{equation}
\rho_{mel} =  \alpha \cdot \rho_{efluent} + (1-\alpha) \cdot \rho_{eau}
\end{equation}

Une carte représentant la variation du pH dans le rejet à alors été établie pour 3 densités différentes : la densité maximum, moyenne et minimum obtenue auprès de l'industriel.

Nous avons réalisé les mêmes cartes avec l'effluent dans les conditions de purge d'oxalates, $pH = 13.1$.

Ces cartes permettent de visualiser le panache du rejet et les variations de pH engendrées. On peut voir que la variation de la densité joue sur le panache, pour une densité faible, dans le champ proche, le rejet ne se dépose pas sur le fond mais remonte vers la surface.

Les variations de $pH$ dans le rejet sont assez faibles pour l'effluent moyen ($pH=12.6$). Le pH est inférieur à $10.5$ à partir de $4$ mètres de distance de la sortie du tuyau. Pour l'effluent à $pH=13.1$, le $pH$ reste élevé ($pH>11$) au centre du panache sur tout la zone d'étude.

L'analyse de sensibilité au $pH$, de la page précédente, a montrée la nécessité d'un taux de dilution plus important avant de revenir à un $pH$ inférieur à $11$. Cette conclusion est visualisée sur ces cartes : l'effluent met plus de temps à être dilué, il parcourt un plus long chemin avec un $pH$ supérieur à $12$.