Intégration au réseau

Le but de cette étude est de déterminer l’intégration de la STEP marine au réseau électrique français et doit permettre de déterminer la puissance et l’énergie stockée que la STEP marine devra être capable d’atteindre. Ces critères seront déterminants dans notre projet et seront des critères de dimensionnement pour le binôme 2. Toutefois, l’énergie stockée dépendra également de l’espace disponible sur le site, puisque qu'elle correspond grossièrement au volume d’eau stockée. Ces critères seront réexaminés une fois que le coût global de ce projet aura été déterminé.

Cette étude permettra également de réaffirmer l’utilité et les avantages que peut représenter une STEP marine. En effet, le contexte énergétique français actuel entraîne un besoin fort en stockage d’énergie et ce besoin devrait être de plus en plus fort dans les années à venir. Ceci s’explique par une demande croissante en électricité, notamment lors des pointes de consommation, et par une volonté socio-politique de se tourner vers les énergies vertes qui sont par nature intermittentes.

L’électricité est une énergie qui ne se stocke pas en grande quantité à la différence des énergies primaires comme le gaz, le pétrole ou le charbon. Il est cependant possible de convertir l’électricité en d’autres sortes d’énergies intermédiaires et stockables comme l’énergie chimique, thermique, cinétique et potentielle. Ce principe de conversion de l’électricité en énergie potentielle est repris dans le principe de la STEP marine. Cette méthode de stockage possède un rendement énergétique assez élevé ($\frac{Puissance\ électrique\ reçue}{Puissance\ électrique\ fournie}\thickapprox 80\%$ sur une STEP classique) et permet une disponibilité rapide et éventuellement flexible (cela dépend du nombre de groupe turbine-pompe installé) de forte puissance électrique. En effet, une STEP délivre sa puissance maximale en 30 min maximum si une inversion de mode (turbine vers pompe ou pompe vers turbine) est nécessaire, 2 min sinon. La particularité d’une STEP marine est de s’affranchir de problème de ressource en eau du bassin inférieur pouvant survenir sur une STEP classique puisque le bassin inférieur est la mer.

Ainsi, les objectifs principaux soulevés par ce projet sont de pouvoir répondre au problème du développement des énergies intermittentes comme l’éolien ou le solaire et d’apporter des moyens supplémentaires au réseau pour répondre aux pics de demande. Le site retenu étant sur la commune d’Élétot en Haute-Normandie, l’intégration au réseau doit tenir compte de cette position géographique. Pour rappel, ce site a été choisi pour sa proximité avec la centrale nucléaire de Paluel et avec les champs éoliens off-shore en projet au large des côtes Normandes (voir choix du site).

Cette étude d’intégration au réseau de notre projet de STEP marine consiste, tout d’abord, à étudier la faisabilité du raccordement de la STEP marine au réseau haute tension français. Ensuite, le projet de champ éolien off-shore au large des côtes normandes sera étudié pour évaluer les besoins en stockage pour ces nouvelles sources d’énergie intermittente. Enfin, une étude sur les pics de demande sur le réseau et leur prévision sera menée afin de déterminer le manque de moyen pour répondre à ces pointes éventuellement nécessaires compte-tenu de la position géographique du site.

 

Page éditée par Fabien Higounenc et Matthieu Sécher