Le Chômage

Un chômage élevé

1. La zone de la Vendée-Ouest

Sur le territoire de la Vendée-Ouest, le contexte de l'emploi est globalement favorable bien que les études menées par l'INSEE ont révélé une situation en terme d'emploi et d'insertion présentant des aspects négatifs. Depuis les années 1986, l'emploi salarié connaît des hausses conséquentes, supérieures aux moyennes régionales et nationales. En Parallèle certaines communes du territoire telles que les Sables-d'Olonne et Challans sont touchées par un chômage élevé et récurrent. En 2003, parmi les quatre territoire vendéen, celui de la Vendée-Ouest se trouve en première position tant pour le niveau de l'ensemble du chômage que pour le chômage de longue durée ou le chômage des jeunes. Ce constat s'explique par la précarité liée à l'activité touristique de type balnéaire.La deuxième explication envisagée est une demande d'emploi croissante par des populations de d'autres régions qui migrent vers la Vendée.

Le graphique, illustré en Figure 1, représente l'évolution du taux de chômage en Vendée depuis 2002. Il atteint son maximum en 2009 avec 8.7%, la situation en 2012 semble être similaire d'après les estimations de l'INSEE6 . Concernant le 2ème trimestre 2012, l'OESTV7 annonce un taux de chômage de  8.1% de la population active.
De plus, les chiffres de Pôle Emploi indique une hausse de 12.6% des demandeurs d'emploi en Vendée pour l'année 2012 : soit 24 491 demandeurs en fin septembre 20127 .

Figure 1 : L'évolution du taux de chômage de 2002 à 2012
(INSEE 1
)

2. La zone d'étude

Les trois communes, Saint-Jean-de-Monts, La-Barre-de-Monts et Notre-Dame-de-Monts, sont victimes d'un taux de chômage supérieur à celui de la moyenne départementale (Figue 9).

Figure 2 : Le chômage de la zone d'étude
(INSEE 4
)

Ce constat s'explique par la précarité liée à l'activité touristique de type balnéaire.La deuxième explication envisagée est une demande d'emploi croissante par des populations de d'autres régions qui migrent vers la Vendée.