Matériaux envisageables pour le dessalement de l'eau de mer par osmose inverse

Matériaux envisageables pour le dessalement de l'eau de mer par osmose inverse

1. Acier austénitiques

Cette famille est constituée d'aciers chrome-nickel comportant de nombreux éléments d'addition (Mo, Cu, Si, Ti, Nb). Leurs compositions sont équilibrées pour qu'ils conservent après traitements thermomécaniques et à température ambiante une structure austénitique. La plupart de ces alliages dérive de la composition classique 18 Cr - 8 Ni. Les additions d'éléments modifient les propriétés:

- le Molybdène améliore la tenue de la corrosion localisée de type piqûre et crevasse
- un carbone ou une stabilisation (Ti-Nb) réduit les risques de sensibilisation à la corrosion intergranulaire
​- l'azote améliore la tenue à la corrosion localisée et augmente les caractéristiques mécaniques
l'augmentation des
teneurs en Ni et Cr améliore la tenue à l'oxydation à chaud,
- l'augmentation de la teneur en Ni accroît la tenue à la corrosion sous contrainte.

2. ​Alliages super-austénitiques

Ce sont des alliages austénitiques à forte teneur en nickel (25 à 35 %) et à teneurs en molybdène et chrome respectivement de l'ordre de 3,5 à 6% et 20 à 25%. Ces compositions leur confèrent de remarquables comportements vis-à-vis de la corrosion dans les milieux agressifs.

3. Aciers austéno-ferritiques (duplex)

Ce sont des alliages fer-chrome-nickel dont la composition est équilibrée de façon à obtenir une structure "duplex " contenant environ 50 % d'austénite et 50 % de ferrite. Ces alliages à faible teneur en nickel ( = 6%) présentent des caractéristiques mécaniques élevées par rapport aux austénitiques, et une très bonne tenue à la corrosion intergranulaire et localisée. De plus, certains de ces alliages sont susceptibles de durcissement structural. 

4. Aciers ferritiques

Ce sont des aciers ayant 12 à 30 % de chrome, et des teneurs en carbone inférieurs à 0,02 à 0,1 %. Les nuances à moyenne teneur en chrome présentent de bonnes caractéristiques de soudabilité, résilience et résistance mécanique, mais une résistance moyenne à la corrosion. L'accroissement de la teneur en chrome améliore considérablement cette tenue à la corrosion avec cependant un abaissement des propriétés mécaniques, notamment la résilience.

5. Alliages non ferreux ou à faible teneur en fer

Les alliages non ferreux ou à faible teneur en fer sont essentiellement le titane ou les alliages de type Inconel 600 à forte teneur en nickel qui leur confère une très bonne tenue à la corrosion. Les alliages de type Hastelloy (Ni-Cr-Mo-Fe) sont aussi parfois utilisés.

Retour vers la page réduction des ETMs