Mesures compensatoires envisagées

L'objectif ici est de proposer des mesures réductrices et/ou compensatoires en fonction des effets du projet déterminés et énumérés dans la partie précédente, afin de supprimer ou réduire ces impacts dommageables.

On note que, globalement, les impacts de la ferme d'hydroliennes au niveau du passage du Fromveur restent très limités.

Les données utilisées proviennent majoritairement du MERiFIC (2012) et du ministère de l'écologie (2012).

 

1. Mesures de suppression ou réduction

  • Pour l'écrasement dû à la machine : L'écrasement provoqué par la pose de l'hydrolienne est fortement diminué par une surélévation avec trois pieds entraînant une réduction de l'écrasement de 600 m² à 15 m² (ALLO J.C).
     
  • La pose des machines s'effectue par le biais d'une fixation gravitaire car le passage du Fromveur est majoritairement composé de roche dure. Ceci permet également d'éviter un battage de pieu entraînant une gêne acoustique pour les populations sous-marines et une destruction d’habitats.
     
  • Le choix de la période de chantier retenue se fera afin de réduire au maximum les gênes pouvant être occasionnées aux usagers de la mer d'Iroise et pour l'avifaune (en regardant notamment les périodes de migration).
     
  • A l'issue de l'utilisation des hydroliennes, le site sera totalement remis en état.
     
  • Afin d'éviter au maximum les modifications sur le substrat, une attention particulière sera portée sur le choix du tracé du câble de raccordement, et les techniques de travaux seront adaptées en conséquence. Parmi les différentes techniques d’ensouillage existantes, la charrue est celle ayant le moins d'effet sur le sédiment. Cette technique permet de soulever le sédiment pour y placer le câble et permet au sédiment de remplir là nouveau le tracé naturellement. Les autres techniques comme la trancheuse et le jetting coupent le sédiment ce qui empêche son retour à un état initial naturel.
     
  • Pour la remise en suspension des matériaux, les outils seront choisis avec précaution, tout comme les périodes d'intervention (les conditions océanographiques les plus favorables étant celles avec une faible activité, pour limiter la suspension).
     
  • Au niveau des impacts acoustiques, la mise en place d'un rideau de bulles (CMF, 2013) peut être envisagée, parmi d'autres méthodes proposées telles que le filet ou la barrière anti-bruit, autour des hydroliennes pour limiter la propagation du bruit provoqué par les turbines. Ces méthodes sont cependant pour la plupart encore au stade de prototype. Enfin, l'impact acoustique est relativement réduit, autant lors de l'installation que du fonctionnement, et ne nécessitera pas forcément de mesure compensatoire (source: JC ALLO, Sabella).
     
  • Pour l'électromagnétisme provoqué par les câbles, un ensouillage de ces derniers est prévu pour réduire au maximum leur rayon d'action, qui est cependant déjà faible. On fera également attention au choix des matériaux, de la tension et du système de transmission (un système alternatif est préférable).

Concernant l'effet récif, celui-ci a des effets à la fois positifs et négatifs, sur la biodiversité et sur le fonctionnement des hydroliennes. Nous avons donc décider de ne pas proposer d'améliorations pour ce dernier, puisque réduire ou amplifier un des effets aurait forcément un impact sur le second.

Enfin, les hydroliennes n'auront que peu d'impact vis-à-vis de l'effet barrière. En effet, le bruit produit par ces dernières empêche toute collision des espèces marines, ces dernières pouvant repérer les structures à une distance d'au moins 100m (source : JC ALLO, Sabella). De plus, la vitesse des pales (10 à 20 tours par minute) est assez faible pour éviter tout problème par rapport aux poissons traversant la ferme d'hydroliennes.

 

2. Autres mesures envisageables

Tout au long du projet, des mesures de suivi de l'acoustique, et des populations benthiques et halieutiques seront effectuées afin de surveiller leur évolution, et d'appliquer des mesures supplémentaires si nécessaire.

Des mesures de dédommagement pourraient être envisagées pour les populations et usagers de la mer si nécessaire. Cependant, dans le cadre de notre projet, ces dernières ne seront certainement pas nécessaires car les hydroliennes n'ont pas d'impacts sur la pêche, la navigation et ne provoquent pas de gêne visuelle.

Enfin, des mesures d'accompagnement sont concevables, notamment pour soutenir des projets locaux, via des financements. Nous avons donc envisagé des mesures pouvant soutenir, par exemple, :

  • Les objectifs du Parc Naturel Marin d'Iroise : intervention sur le milieu marin pour améliorer ou maintenir son état (ramassage des algues vertes, restauration des marais littoraux, actions de préservation des habitats et des oiseaux marins sur les îlots)
  • Les ressources halieutiques (par transplantation d'espèces par exemple).

​​