Paramètres

Plusieurs paramètres à prendre en compte pour la mise en place d'hydroliennes et donc pour le choix du site d'implantation :

 

1. Paramètres géophysiques

​​a. Bathymétrie

​​L’hydrolienne doit se trouver dans la demi-tranche inférieure d’eau pour avoir un chargement hydraulique suffisant. La tranche d’eau doit donc faire au moins 17 m, donc la hauteur minimale d'eau nécessaire pour une bonne efficacité des hydroliennes est de 30 m (J.C. ALLO). Une hauteur d'eau supérieure est cependant utile pour envisager des hydroliennes plus grandes.

Les hydroliennes peuvent être installée si la profondeur est inférieure à 20/25 m (DREAL Basse-Normandie, 2012) car il nécessaire de prévoir un tirant d'eau suffisant pour éviter l'influence de la houle et pour laisser un passage pour les bateaux..

 

b. Nature et structure des fonds marins

La nature des fonds (sédimentologie) marins influence peu le choix du site. La seule nécessité est le choix d'un site avec une surface stable pour pouvoir poser les hydroliennes.

L'idéal est d'éviter un relief important au niveau du site d’implantation et de privilégier les zones à faibles pentes pour faciliter la fixation des hydroliennes.

 

Les cartes ont été obtenues auprès du SHOM et de l'IFREMER - Sextant.

 

2. Activités et usages humains

Ces activités sont à prendre en compte car la mise en place d'hydroliennes peut être une gêne et donc entraîner des conflits d'usage et parfois même la remise en question de projets.

a. Navigation

Le Groupe de Travail des Energies Marines Renouvelables cite dans leur rapport (GT EMR, 2013) que "concernant la sécurité maritime, le trafic est modéré mais le passage du Fromveur est  notamment fréquenté par des ferries. C’est pourquoi, les technologies retenues devront  garantir le maintien d’un brassiage (hauteur d’eau au-dessus des machines) suffisant pour  permettre le trafic en toute condition de mer."

Cependant, les conditions retenues pour la bathymétrie limitent les problèmes liés à l'implantation d'hydroliennes pour la navigation. En effet, la hauteur d'eau nécessaire (30 m) permet une hauteur d'eau de 18 m au dessus des machines ce qui est largement suffisant pour le passage des bateaux (cargo, ferries,...). 

 

b. Pêche

Il y a peu ou pas de pêche, en particulier au niveau du passage du Fromveur en raison des forts courants (GT EMR, 2013). De plus, le pêche se fait à la ligne ou au filet, la hauteur d'eau est donc suffisante (cf point sur la navigation).

 

c. Tourisme et activités militaires

Ces deux types d'activités étant très limités, ils ne seront pas pris en compte pour choisir le site exact.

 

Ces différents paramètres ne limiteront donc pas le choix du site d'implantation.

 

3. Zones remarquables​ 

Les îles d'Ouessant et Molène, ainsi que la mer d'Iroise dans laquelle elles sont situées, bénéficient de nombreux dispositifs de protection réglementaire afin de préserver leur riche patrimoine naturel. Les principaux types de protections sont les suivants :

  • Parc Naturel Marin d'Iroise (PNMI)
  • ZNIEFF 2
  • Natura 2000
  • Réserve de Biosphère

 

Aucune de ces zones n'empêchent donc la mise en place d'hydroliennes mais elles nécessitent des précautions et des suivis. Il n'y a pas d’interdiction d’implantation mais les réglementations sont plus contraignantes donc l'idéal est de choisir un site avec le minimum de contraintes.

Mais une grande partie de la zone est en site classé où l'implantation d'hydroliennes est impossible et le câblage doit être enfoui. Cependant, une partie du passage du Fromveur n'en fait pas partie, ce qui laisse la possibilité de mise en place d'hydroliennes dans cette zone qu'il faudra identifier.

(Notre contact au Parc Naturel Marin d'Iroise, Philippe Le Niliot, nous a apporté de nombreuses informations concernant la protection réglementaire au niveau des zones remarquables.)

 

4. La ressource énergétique 

La vitesse des courants doit être supérieure à 1.5 m/s (CDE, 2013 ; DREAL BAsse-Normandie, 2012) pour assurer un fonctionnement des hydroliennes. La ressource énergétique, c'est à dire la vitesse des courants marins, a été quantifiée et modélisée par le binôme 2 dans la partie "Etude du potentiel courantologique". Le binôme nous a fourni ces données afin que nous puissions les utiliser dans la cartographie.

 

5. Distance et passage du raccordement

Le raccordement peut se faire au continent ou à l'île d'Ouessant. La longueur du câble, c'est à dire la distance à la côte, doit être minimale afin de limiter les pertes d'électricité, les coûts et les gênes dues à la mise en place du câble, tout en ayant un site avec une hauteur d'eau suffisante. Ce critère ne devrait cependant pas être limitateur puisque le passage du Fromveur se situe à proximité de l'île d'Ouessant.

Le choix du tracé du câble est également important pour des raisons techniques et environnementales. Dans les zones protégées, un enfouissement est nécessaire. Cependant, ce n'est pas un critère déterminant pour le choix du site d'implantation des hydroliennes. de plus, ce n'est pas l'objectif de notre projet même si la problématique du raccordement serait à prendre en compte pour la mise en oeuvre d'un projet d'implantation d'hydroliennes.

 

6. Surface nécessaire

La surface de la zone dépend du nombre de machines à implanter, qui est défini par le trinôme. Pour la calculer, la surface d'une hydroliennes et les distances entre les machines sont nécessaires. Ces données nous ont été fournies par M. Allo. Les longueurs caractéristiques de l'hydrolienne de Sabella sont les suivantes : Largeur : 15 m et profondeur : 20 m.

Les distances à respecter entre les machines sont les suivantes :

- En largeur : 2 à 3 fois le diamètre du rotor qui fait 10 m pour l'hydrolienne D10 de Sabella, donc la distance nécessaire est de 20 à 30 m.

- En profondeur : 10 fois le diamètre du rotor soit 100 m.

Les résultats du trinôme ont montré que l'agencement optimum pour répondre aux besoins de l'île est un quinconce comprenant quatre hydroliennes, dont la surface est comprise en 2000 et 3000 m².

 

 

 

Les paramètres les plus importants à prendre en compte sont la bathymétrie et la vitesse des courants puisque ce sont eux qui conditionnent le fonctionnement et la productivité des hydroliennes. Les paramètres liés aux usages et activités et aux zones remarquables ne limitent pas le choix du site puisque la mise en place d'hydroliennes ne posent pas de réels problèmes dans ce cadre.