Proposition de solutions pour lutter contre les sudestadas

 

Proposition de solutions pour lutter contre les sudestadas

 

Les sudestadas sont un phénomène local, nous n'avons donc pas pu trouver de solutions dans la bibliographie. Cependant, les sudestadas peuvent être associées à des ondes de tempêtes, et il existe certaines solutions pour ces dernières. Dans certains pays, des murs côtiers ont été érigés pour contenir ces ondes de tempête. Les Pays-Bas ont mis en place un "plan Delta" de protection après les inondations causées par la mer du Nord en 1953. Par exemple, ils ont construit des barrages et des digues, comme le Oosterscheldekering et le Maeslantkering.

 

Le Oosterscheldekering est le plus important des ouvrages du plan Delta, et mesure 9 km de long. Ce barrage comprend de grandes glissières qui peuvent être abaissées en cas de fortes tempêtes, éventuellement combinées à une marée d'équinoxe, pour que la marée haute ne puisse franchir les digues. Il a été mis en service le 4 octobre 1986, et a coûté aux Pays-Bas la somme de 2 500 000 000 €, et a été utilisé seulement deux fois.

 

Oosterscheldekering -http://http://www.bus-idee.nl/InfopaginaBurghHaamstedeWaterlandNeeltjeJans.htm

 

 

 

 

Le Maeslantkering est le plus récent mais aussi le dernier ouvrage du Plan Delta des Pays-Bas. Le barrage est composé de deux portes mobiles, se refermant automatiquement lorsque le niveau de l'eau dépasse 3 mètres. Il a été mis en place en juin 1997 et a servi une seule fois en 2007. Son coût s'élève à 360 millions d'euros.

 

 

Maeslantkering - https://beeldbank.rws.nl/

 

Pour notre étude, il est impossible d'envisager l'une de ces solutions, au vu du coût qu'elles représentent. Cependant, la fréquence des sudestadas étant relativement élevée (au moins deux fois par an), un tel ouvrage serait un investissement certes conséquent mais nécessaire. Il serait aussi possible de :

  • Surélever les structures portuaires, les ouvrages au large, et les habitations sur 2 km de rivière
  • Déplacer les populations temporairement le temps de la construction d'immeubles appartements de façon à ce que les plus bas étages puissent être inondés sans trop de dommages

Mais ces deux possibilités représentent des coûts tout aussi importants et engendrent un déplacement temporaire des populations.

Pour limiter l'importance des impacts des sudestadas, quelques solutions sont envisageables à plus petite échelle :

  • Afin de réduire l'érosion et de fournir un habitat à la faune, ajouter de la végétation dans la zone côtière pour absorber l'énergie des vagues
  • Prévoir de l'espace de chaque coté de la rivière pour que celle-ci puisse déborder, avec des zones tampons d'herbe, d'arbres ou d'arbustes. Cela permettrait également l'installation de ripisylves sur ces zones pour accumuler la pollution de l'eau et ainsi "profiter" des sudestadas pour dépolluer la rivière et les berges.

Néanmoins, l'installation de potentielles zones tampons reste dans le domaine de l'impossible tant que l'extension urbaine de la ville de Buenos Aires n'est pas contrôlée (trop forte concentration de populations précaires autour du fleuve).