Rappel du contexte global du projet

 

Source : Localisation du bassin Matanza-Riachuelo

Le programme d'assainissement du Riachuelo-Matanza, Witold Roman Kopytyński, SIM, INTERSOL 2013

 

La rivière Riachuelo est un élément important de l'écosystème de Buenos Aires. Ainsi, sa pollution inquiète la population et les autorités depuis près d'un siècle. Les rives et les abords immédiats de cette rivière sont en effet le siège de l'activité d'environ 3500 usines (galvanoplastie, réfrigérateurs, tanneries, etc.). Les activités industrielles représentent 20% des rejets dans l'environnement, en terme de volume. Parmi ces 20 %, 50% de la pollution est due aux effluents de tanneries (source: SayDs, Secrétariat de l'Environnement et du Développement durable). Le pays compte plus de 170 mégisseries et tanneries du fait des élevages bovins très nombreux. Aujourd'hui, de grands groupes dominent la production (la Teresa, la Hispano Argentina notamment). Nous avons donc choisi de nous intéresser de plus près à ce type d'industrie et de tenter de trouver des limitations à leurs effluents. 

La production et la transformation du cuir nécessitent une séquence de réactions  complexes et de transformations mécaniques. Les polluants organiques et inorganiques sont donc nombreux. On dénombre ainsi : les sels de chrome, les biocides, les surfactants, les sulfures, les solvants organiques et des polluants plus "classiques" que l'on retrouve dans les effluents tels que l'azote, les matières en suspension, le phosphore, etc. 

Les tentatives de dépollution furent nombreuses mais bien souvent infructueuses du fait de la faiblesse du cadre réglementaire et de l'absence de mise en oeuvre de politique strictes de gestion des produits chimiques dangereux. 

Cependant, en 2006, l'état d'urgence environnementale a été décrété et une autorité de régulation du bassin crée : l'ACUMAR. Cette autorité rassemble des représentants des trois juridictions distinctes (locales, provinciales et fédérales) qui établissent des points de réglementations et participent aux contrôles et au redressement des entreprises émettant des polluants, comme les tanneries. Ainsi, fin 2011, l'ACUMAR a déclaré 80 tanneries comme polluantes. Celles-ci doivent donc mettre en oeuvre des plans de restructuration industrielle, pas toujours acceptés par ce type d'industries traditionnelles.

Suite à cela, la court suprême d'Argentine a instauré en juillet 2008 un plan de restauration et de prévention des dommages environnementaux pour le Riachuelo (plan PISA). Ce plan comprend des inspections dans le bassin, une identification des industries polluantes, le nettoyage des rives, une extension des systèmes de traitement des eaux usées, etc. Ce projet est donc à la fois communal et national.

De plus, en avril 2010, la chambre des députés a imposé un cadre national pour le management des sites pollués. 

Concernant les tanneries, un regroupement des différentes usines sur un même site est prévu, ce qui permet un traitement commun des différents effluents et donc de faciliter le traitement des rejets des tanneries et ainsi limiter l'entrée de substances chimiques polluantes dans la rivière (Source : ACUMAR, 23 septembre 2013). Ainsi, un regroupement de 22 entreprises est prévu sur le nouveau parc industriel de LANUS. 

 

              

Source : Rejets et décharges industriels

Le programme d'assainissement du Riachuelo-Matanza, Witold Roman Kopytyński, SIM, INTERSOL 2013