Résumé des techniques biologiques

 

Techniques biologiques de traitement des eaux

Technique Définition 

Surface d'occupation 

(m2 par habitant)

Domaine d'application

(équivalent habitant)

Avantage  Inconvénient
Infiltration - percolation 

Eau à traiter traverse un lit de sable et est récupérée par percolation 

Lits de sable souvent placés en parallèle

1,5  Entre 200 et 1000

Rendement important de dégradation de la matière organique (90 à 95%)

Surface d'occupation faible

Domaine d'application 

Adaptation limitée aux surcharges hydrauliques 

Filtres plantés de roseaux à écoulement vertical 

Alimentation verticale en surface au sein d'un système composé de roseaux et de grains fins à grossiers

Les roseaux sont présents pour apporter les propriétés mécaniques au sol  

Eau éliminée par système de drain 

Entre 4 et 8 Entre 50 et 1000 voire 2000 Bonne intégration paysagère

Emprise moyenne à forte au sol 

Sensible au climat rigoureux (alimentation en surface)

Entretien des roseaux

Filtres plantés de roseaux à écoulement horizontal  

Alimentation enterrée au sein du même système que précédemment

Les roseaux sont présents pour apporter les propriétés mécaniques au sol 

Saturation en eau à traiter et évacuation horizontale via des drains

Entre 8 et 9  Entre 50 et 1000 voire 2000 

Bonne intégration paysagère 

Sensibilité au climat rigoureux faible (alimentation enterrée)

Emprise forte au sol 

Apport oxygène plus faible que dans le cas vertical

Risque de colmatage important 

Entretien des roseaux 

Filtres enterrés  Alimentation en surface au sein d'un milieu composé d'une couche de terre ou de gravier puis d'une couche de grains en profondeur  5 Entre 0 et 300

Rendement important de la dégradation de la matière organique (90 à 95 %)

Impact visuel réduit

Bonne adaptation au climat rigoureux 

Domaine d'application

Risque de colmatage si pas d'injection alternée de l'eau à traiter

Épandage souterrain 

Alimentation en profondeur au sein de tranchées de traitement 

Utilisation de la capacité d'infiltration et d'épuration du sol 

Généralement supérieure à 5 

Dépend du type de sol 

Entre 50 et 300

Facilité d'exploitation

Bonne intégration paysagère  

Domaine d'application

Étude de sol préalable  

Pas de terrain en pente (besoin horizontalité des tranchées de traitement) 

Pollution éventuelle des nappes souterraines

Coût investissement important

Épandage superficiel 

Alimentation en surface via des billons (petites tranchées de 30 à 50 cm de profondeur)

Décantation des matières en suspension via les billons 

Généralement supérieure à 5 

Dépend du type de sol 

Entre 0 et 250  Facilité d'exploitation 

Domaine d'application 

Colmatage des billons 

Ajout d'arbre pour réduire le visuel 

Lit bactérien  Eau à traiter répartie de façon uniforme au sein d'un lit, lit présentant des bactéries au niveau de ses porosités  Entre 1 et 5  Entre 200 et 2000 

Emprise faible au sol 

Bonne résistance aux variations de charge organique et hydraulique

Sensibilité au froid 

Entretien régulier 

Abattement limité de l'azote et du phosphore 

Disque biologique 

Disque est mis en place au sein de l'eau à traiter et est animé par un mouvement de rotation permettant à la fois le mélange et l'aération 

Une absorption de la matière organique sur le disque permet, lors de la phase d'aération, une dégradation de la matière organique 

Les boues au fur et à mesure formées se détachent

Entre 1 et 5  Entre 300 et 2000 

Emprise faible au sol 

Bonne résistance aux surcharges hydrauliques et organiques passagères

Adaptation au froid (système couvert)

Abattement limité de l'azote 

Connaissance technique (système électromécanique)

Lagunage 

 Eau à traiter, déversée dans la lagune, assure le développement de certaines espèces telles que les algues 

Ces dernières, par la photosynthèse, libèrent de l'oxygène; oxygène permettant aux bactéries de survivre 

La matière organique est décomposée par l'action des bactéries du milieu 

10

Entre 400 et 2000 (lagune aérée) 

Entre 250 et 1500 (lagune naturelle)

Bonne intégration paysagère 

 Exploitation aisée 

Bon rendement élimination azote et phosphore 

Adaptation variation de charge hydraulique (aérée et naturelle) et organique (aérée) 

Très forte emprise au sol 

Élimination moyenne de la matière organique

Connaissance technique (aérée)

Difficulté extraction des boues en fond de bassin 

Temps de traitement long : 20 jours (aérée) à 70 jours (naturelle) 

 

Biofiltration 

Eau à traiter s'écoule à travers un filtre, filtre constitué d'un matériau granuleux

Les microorganismes sont au sein du milieu poreux 

Ce filtre peut être de différente nature (organique ou inorganique)

Inférieur à 0,25  Entre 1000 et 3000 à plus

Très faible emprise au sol 

Aucun risque de lessivage (fixation sur support)

Domaine d'application 

Coût d'exploitation élevé

Entretien technique régulier 

Colmatage important 

Boues activées 

Eau à traiter, préalablement décantée, séjourne dans un bassin où il existe une concentration fixée en biomasse

​Cette biomasse est responsable de la consommation de la matière organique 

Entre 1 et 5  Entre 1000 et 3000 à plus

Domaine d'application

Bon niveau de rejet  

Coûts d'installation et d'exploitation élevés

Connaissance technique 

Source : Ministère de l'agriculture et de la pêche - FNDAE n°22- 1997