Station Commune de Traitement des Effluents

 

Station commune de traitement des effluents de tanneries

 

Le projet de construction d'une station commune de traitement des effluents de tanneries s'inscrit dans un objectif de respect de l'environnement et de protection de la population aux alentours de Buenos Aires. Comme cela a été expliqué dans la partie précédente (cf. Généralités sur le tanneries), le procédé de production du cuir met en jeu différentes étapes, qui ont leurs propres rejets. Dans notre projet, nous avons fait l'hypothèse que ces effluents seront préalablement séparés afin de regrouper ceux pollués au chrome, qui subiront un traitement spécifique, et les effluents sulfurés qui subiront également un traitement particulier. Le reste des effluents sera directement envoyé dans un bassin d'égalisation qui permettra de les homogénéiser, mais aussi de réguler leur débit à une valeur constante et indépendante des pics de rejets des tanneries. Après leur prétraitement, les effluents chromés et sulfurés seront renvoyés dans ce bassin pour que la suite du traitement puisse avoir lieu (élimination des matières en suspension, de la Demande Chimique en Oxygène, de la Demande Biologique en Oxygène...).

Remarque : Dans le tableau 3  apparaissent des effluents composites qui comprennent les effluents de lavage des différentes unités. Afin de traiter les pollutions en chrome et en sulfures, nous avons fait l'hypothèse que ces effluents de lavage ne vont pas être mélangés, et nous avons estimé que sur 40 m3 d'eaux usées, chaque étape va entraîner le rejet de $ \frac {40}{7} = 5,7 $ m3 d'effluents/tonne de cuir produite soit $ {5,7} \times {105} = 598,5 $ m3 d'effluents composites/jour/unité. A noter que le chiffre 7 représente le nombre d'étapes de tannage (cf Généralités sur les tanneries) et le chiffre 105, les tonnes de cuir produit par jour. 

Concernant la station, nous allons dimensionner l'ensemble des unités en utilisant le cas le plus défavorable, soit un volume d'effluents maximal et des concentrations en polluants les plus élevées possibles. Le tableau 4 est récapitulatif des données ainsi utilisées. Pour les étapes de lavage des récipients contenant du chrome et des sulfures, les effluents ont été séparés comme expliqué un peu plus haut.

 

Cliquer sur le tableau pour l'afficher en taille réelle

Tableau 4 :  Caractéristiques des effluents de tanneries dans le cas le plus défavorable (volumes et concentrations maximales)

 

Ainsi, la station rassemblera une unité de déchromatation qui récupèrera les rejets de 4 étapes (tannage au chrome, neutralisation, second tannage et les effluents composites), une unité de désulfuration qui traitera les effluents des étapes de pelanage et de déchaulage ainsi que les effluents composites puis une filière commune de traitement des eaux qui comprendra un traitement physico-chimique, un traitement biologique et également un traitement tertiaire, qui sera  envisagé sur une autre zone à proximité du parc industriel. Par ailleurs, un traitement des boues sera aussi mis en place, prévoyant une valorisation des boues par méthanisation (permettant la production d'énergie) et éventuellement un épandage de celles-ci, si leur qualité le permet.

Le schéma ci-dessous représente la succession des différentes étapes de traitement jusqu'au retour des eaux dans la rivière Riachuelo.

Cliquer sur le schéma pour l'afficher en taille réelle

Figure 8 :  Schéma représentant la succession des différents procédés de traitement des effluents de tanneries avant leur rejet dans la rivière Riachuelo (Schéma réalisé avec Lucidchart)

 

Les différentes unités qui constitueront la station sont décrites dans les pages suivantes. Leur dimensionnement ainsi que leur rendement d'élimination des pollutions sont détaillés pour chaque procédé.