Bilan des 2 études

La première chose qui nous marque après avoir effectué les 2 cas tests est la différence entre les résultats que peut donner un même solveur pour 2 cas différents. En effet, un solveur peut être très convaincant sur une application et totalement illogique sur l'autre.
Cela s'explique par le fait que chaque solveur possède un domaine d'application qui lui est propre.
Par ailleurs, le premier cas étant subsonique et le second supersonique, il semble normal que certains solveur ne soient pas adaptés aux deux situations.

Nous avons résumé l'intérêt de chaque solveur selon le domaine d'utilisation dans le tableau suivant : 

   Figure 3.1

Légende :   +++   très bon
                      ++       bon
                        +     correct 
                        -    inapproprié

Ce tableau a été dressé à la suite des 2 études, après avoir comparé les solveurs à la théorie. En effet, nous avons établi une hiérarchie entre ces différents solveurs en tenant compte de la fiabilité de leurs résultats et du temps demandé pour effectuer les calculs.

De plus, même si certains solveurs ont un domaine d'application très limité, d'autres comme rhoSonicFoam semble très bien s'adapter aux 2 cas. C'est donc en toute logique que nous recommanderions ce solveur à toute personne souhaitant effectuer des simulations en compressible avec OpenFOAM.

 

$\Rightarrow$ Vers une nouvelle partie : Résultats obtenus avec le meilleur solveur