Le calage

   

    

Le calage est une phase essentielle. Il consiste à retrouver les débits réels en réglant correctement les différents paramètres mis en jeu dans le programme.

La mise en oeuvre de cette étape pose une grande difficulté : elle nécessite la connaissance des caractéristiques physiques et des propriétés hydrodynamiques du sol. Il faut donc, tout d'abord, palier au manque d'information sur les bassins étudiés. Par exemple, nous ne disposons que des débits mensuels sur la période étudiée alors que le modèle fournit des débits journaliers. Il faudra donc moyenner les débits sur tous les mois de façon à pouvoir caler le modèle sur les données dont nous disposons.

L'étape du calage nous a pris du temps car le nombre de paramètres est assez élevé. Ainsi, nous sommes parties de valeurs des paramètres correspondant à une simulation déjà effectuée sur CEQUEAU à l'IMFT. Puis, en jouant sur un seul paramètre à la fois, nous avons cherché ceux qui, tout en restant cohérents, représentaient le plus fidèlement la réalité. Ensuite, nous avons combiné les paramètres pour obtenir de meilleurs résultats ou être plus proches de la réalité.

Notons que le calage a été effectué à partir de données de débit récentes, donc soumises au remembrement. Pour effectuer les essais avec plus de haies, nous garderons exactement les mêmes paramètres et ne jouerons que sur le pourcentage de forêts et sur l'évapotranspiration (par le biais des coeffeicients de la formule de Tornthwaite).

Pour agir sur le débit en sortie, nous allons, après avoir imposé les constantes de la zone d'étude, jouer sur les paramètres suivants :

Evidemment, chacun de ces paramètres doit être fidèle à la réalité. Cependant pour retomber sur le bon débit, nous avons du choisir une valeur de l'évapotranspiration plus grande que ce que nous pensions initialement.

En ce qui concerne les paramètres réglant les hauteurs des réservoirs et les coefficients de vidange, nous avions une plage de variation résultant des essais déjà effectués avec CEQUEAU par l'IMFT. Cependant nous avons réglé ces paramètres de façon qualitative et il est possible qu'ils ne soient pas tout à fait corrects.

Ainsi, avec des paramètres adéquats, nous obtenons les débits suivants :

   

Le modèle CEQUEAU nous donne les débits moyens journaliers alors que nous ne possédons que les données mensuelles. Aussi, pour caler le modèle, nous effectuerons les moyennes sur les mois et nous les comparerons à la réalité.

Il va sans dire que le calage sur les débits moyens mensuels est beaucoup mois fin qu'un calage sur les débits moyens journaliers.

Pour quantifier l'erreur, nous avons calculé la corrélation entre la réalité et le calcul : il y a une corrélation de 0.77. Le calage n'est pas très précis, car il faudrait s'approcher d'une corrélation nulle. Cependant nous n'avons réussi à faire mieux faute de temps.

Etant donné que nous nous intéressons particulièrement à la comparaison entre les états avec et sans bocage, nous avons considéré ces résultats acceptables, même s'ils ne sont pas extrèmement fidèles à la réalité.

Retour au plan de la partie