Pour fixer les idées...

 



La Ville de Saint-Malo se situe sur la côte d'Emeraude. Simple point sur une carte situé au nord de la Bretagne, Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) ne peut laisser indifférent celui qui a arpenté ces remparts. Au centre de la cité corsaire s'élève la flèche du clocher qui demeure depuis toujours le repère des marins qui rentrent au port...Célèbre pour son histoire et ses hommes ( Duguay Trouin, Surcouf, Cartier ), Saint-Malo reste liée à la mer... 






La Manche qui borde la cité est une mer macrotidale en raison de son marnage dépassant 10 mètres. Cette ampleur s'explique par la faible profondeur générale de la Manche mais aussi par l'effet de coin qui bloque l'eau entre la Bretagne et Le Cotentin. Mais à Saint-Malo, la mer est inconcevable sans ses interactions avec l'atmosphère. L'environnement malouin permet d'apprécier ce rapport privilégié entre l'eau et l'air. Les forces mises en jeu et déployées visent à tendre vers un mouvement moyen de la nature : mer et atmosphère définissent ensemble un climat océanique et tempéré. La combinaison spécifique de ces deux milieux attire. On parle de climat vivifiant et d'environnement régénérateur. Le très célèbre centre de thalassothérapie est là pour le confirmer.






Cet environnement privilégié fait de Saint-Malo une station balnéaire très fréquentée. L'affluence de touristes aux alentours du 15 août entraîne une multiplication par trois de la population... Chaque été les plages de la cité balnéaire accueillent 850 000 baigneurs. La dégradation du milieu est de par sa fréquentation massive de plus en plus remise en cause. La place de l'homme est au centre des enjeux : la nature doit à présent compter avec l'homme. Aujourd'hui à Saint-Malo, les pêcheurs de Terre-Neuve ont fait place à la marine marchande et les remparts servent de promenade aux touristes. On peut également assister aux régates et aux départs des courses en haute mer et spécialement à la course reine : la Route du Rhum.

Retour au sommaire de l'étude