LES DIFFERENTS TYPES DE SOL



Sommaire

INTRODUCTION

La zone d'étude représente une surface agricole totale de 20 000 ha dont 10 00 ha irrigués. Pour cette étude, toute les données (climats, sols, cultures) sont celle d'une région situé dans le bassin de la charente.
Nous allons considérer que nous avons quatres types de sols dans la région étudié (qui occuppent chacun 1/4 de la surface irriguée).

Les terres de groies.

Les terres de groies constituent le type de sol dominant sur la zone . Il s'agit de sol caillouteux, calcaires, riches en matière organique. Selon la piérosité on peut distinguer deux sous-types :
- les petites groies qui sont des terres très caillouteuses et peu profondes ; elles drainent bien en période pluvieuse mais sont d'une grande sensibilité à la sécheresse ce qui rend aléatoire les cultures d'été ;
- les groies moyennes, sont plus profondes et moins caillouteuses elles sont un peu plus difficiles à travailler mais ont une meilleure réserve utile elles permettent l'implantation de tout type de cultures.
La RFU(Réserve d'eau Facilement Utilisable par les plantes) (
définition) de ces terres de groies varie de 20 à 60 mm.

Les terres rouges à châtaigniers et les terres rouges

Elles se caractérisent par un fort pourcentage de limons et de sables fins. On peut distinguer :
-les terres à châtaigniers sont des sols acides, asphyxiants et difficiles à travailler ; ces terres sont occupées par des prairies et par des cultures céréalières après drainage ;
la RFU de ces terres est de l'ordre de 70 à 100 mm ;
-les terres rouges sont des terres difficiles à travailler (battance, acidification) mais qui présentent une bonne réserve utile, de l'ordre de 50 à 90 mm.

Les sols d'alluvions

On distingue : -les sols d'alluvions situés à proximité des cours d'eau, qui sont argileux et facilement inondables ; sur ces sols, la prairie a souvent été retournée et convertie en mais et peupleraie ; la RFU de ces sols dépasse souvent 100mm ;
-les sols des terrasses qui sont des sols sableux convenant à tout type de cultures, bien que sensibles à la sécheresse.
Parmi tous ces types, les terres de groies légères, et dans une moindre mesure les sols sableux des terrasses de la Charente, représentent les sols à plus faible réserve utile et donc les plus sensibles à la sécheresse. Ce sont sur ces types de terres que les besoins en eau d'irrigation sont les plus importants.


DEFINITION ET CARACTERISTIQUE DE SOL

On retiendra principalement deux caractéristiques du sol pour déterminer les besoins en eau.
-Le réserve facilment utilisable .
-L'Humidité (
définition)
Ces deux grandeurs sont liées. En effet, nous verrons plus tard que la RFU peut être déterminer en connaissant des valeurs critiques de l'humidité du sol.

RESERVE FACILEMENT UTILISABLE.

La RFU représente l'eau disponible dans le sol pour les plante.Pour simplifier le problème, nous allons distinguer deux types de sol selon leur RFU:
- Les sols à 35 mm (moyenne de RFU) qui regroupent les terres légères (petites groies essentiellement).
- Les sols à 80 mm qui regroupent les terres profondes (groies profondes, terres rouges, terrasses...).
Pendant la période critique (manque d'eau), le sol est rarement à la "capacité au champ" et une partie seulement de la RFU est disponible pour les plantes.Afin de simplifier les calcul, on peut considérer que la contribution du sol à l'alimentation des plantes est définie pour trois types de sol dans le tableau suivant.
RFU (en mm)Contribution du sol à l'alimentation des plantes
sol à faibles réservesinférieur à 50 mmnéant
sol à réserves moyennes75 à 9025 à 30 mm
sol profond à bonnes réseves120 à 15040 à 50 mm


HUMIDITE DU SOL

On distingue principalement trois types d'humidités (
définition): On connait Hr et Hf des différents sols.

HrHf
Argile3518
Limons189
Limons sableux136
Sable62


On définit le point de danger HD (définition) qui est égale à 2/3 de l'humidité de rétention.
La RFU d'un sol est comprise entre Hr et HD.
Dans notre exemple (sols d'alluvions), nous avons donc un résèrve facilement utilisable de 120 mm.